Dans cet article, je vais simplement détailler le chemin qui m’a emmené à la découverte du déodorant le plus efficace du monde. Dans mon optique respectueuse de l’environnement mais aussi de son propre corps, je me suis donc mise en quête de ce déodorant. Les critères étaient plutôt simples. Il fallait trouver celui qui ne pollue pas et qui n’a pas été testé sur les animaux. Celui qui est également sans danger pour la peau ou qui, à la rigueur, ne provoque que quelques irritations sans aller plus loin. Parce qu’on ne va pas se mentir, le déodorant parfait est un peu comme tout, il n’existe pas. Bref voici donc mon raisonnement.

Les déodorants classiques

J’ai d’abord commencé à étudier les déodorants classiques. On en trouve un peu partout, c’est que la majeure partie des gens utilisent et c’était donc, de loin, le plus simple pour commencer. Je me rends donc au supermarché dans le rayon approprié et j’en saisis quelques-uns pour observer leur composition. Toutes les étiquettes indiquent des choses comme butane ou propane qui sont des gaz. Ça commence assez mal donc mais je continue et j’aperçois sur la majorité des alcools, souvent dénaturés. C’est-à-dire qu’ils ont été mélangés avec des plastifiants comme le phtalate. D’ores et déjà, je me rends compte que ce n’est pas très bon ni pour l’environnement ni pour mon corps. Si on ajoute cela au fait que beaucoup se plaignent de l’inefficacité de leur déodorant, je dois dire que je préfère m’éloigner le plus possibles de ceux du commerce.

En soi, ils n’ont jamais tué personne ou alors je ne suis pas au courant mais c’est la quantité de produits toxiques et chimiques présents dedans qui me rebutent. Il fut un temps où il fallait éviter le paraben puis aujourd’hui on ce sont les sels d’aluminium. Demain, un autre de ces ingrédients sera considéré cancérigène ou je ne sais quoi. Il est vraiment compliqué de rester au jus par rapport à tout cela même s’il existe des autorités compétentes pour limiter les produits dangereux.

Bref, j’ai donc éliminé les déodorants classique en partant du principe que je n’utilisais pas les produits contenant des choses que je connais pas, qui sont potentiellement dangereux et qui en plus n’apportent pas de garanti. Je suis donc allez faire un tour au niveau des anti-transpirant.

Une alternative : l’anti-transpirant

Je pensais réellement que cela était une alternative convenable mais j’ai vite déchantée. Déjà, niveau composition, c’est toujours très chimiques. Donc bon, on ne va pas revenir dessus. Mais en cherchant plus loin pour identifier concrètement la différence par rapport à un déodorant, j’apprends que les anti-transpirant bloquent la transpiration. Là, je me dis « comment ? On peut vraiment faire ça ? » et je commence à penser que si j’en trouve un qui soit naturel et bio, j’aurais juste touché le jackpot. J’approfondis mes recherches et je me rends compte qu’en fait, transpirer, c’est tout à fait normal. Que l’anti-transpirant va à l’encontre du corps ! Donc voilà, il fallait que je trouve toujours autre chose.

Petit aparté sur la transpiration. Si le corps est muni de cette fonction, il y a des raisons. Ça lui permet en réalité de réguler sa température et d’évacuer les toxines que l’on ingère ou absorbe. C’est un peu quelque chose de vital donc. Aussi, on peut l’assimiler à notre odeur interne, un bébé peut reconnaître sa mère grâce à celle-ci.

On fait donc le ménage et on a déjà dit bye bye aux déodorants commerciaux et aux anti-transpirants. Il y a quand même la solution des patchs anti-transpirant mais on est là pour trouver un véritable déo quand même. Trouver le déodorant le plus efficace et naturel commençait à devenir plus long que je ne l’imaginais.

A la découverte du bicarbonate de soude

Comme la fanatique de bio que je suis, je me suis donc orienter vers la cosmétique bio. Bonne idée, mais c’était un peu rempli de la fameuse pierre d’alun. Convaincue par les arguments qu’elles proposent, j’ai donc essayé. Si vous voulez mon humble avis, c’est plutôt efficace mais un peu galère, si je peux me permettre, à appliquer. Il faut en effet humidifier la peau au préalable donc bon après ça reste humide. C’est légèrement gênant même si je pense qu’on peut s’y habituer et puis ça peut tâcher les vêtements. Après une dizaine de jours d’utilisation et des recherches approfondies, je découvre que les pierres d’alun contiennent de l’aluminium. Du métal !!! Et puis voilà, ça m’a mis à terre. D’autant plus que je l’avais recommandé à une amie… je dois vous dire que je l’ai appelé de suite pour corriger la donne.

J’allais pas rester sans déodorant, donc j’ai réactivé ma quête initiale. Cette fois, je me rends directement dans une biocoop. Là, je discute avec le personnel pour trouver une solution. Finalement, une bonne dame m’indique que je n’ai rien à perdre à essayer le bicarbonate de soude. Je suis resté scotchée sur place pendant une bonne dizaine de secondes en me disant que c’était le truc que j’utilisais pour le ménage. Mettre ça sur sa peau, c’est comme signer son arrêt de mort non ? Devant ma mine abasourdie, elle ajoute calmement de ne pas utiliser celui du commerce mais le bicarbonate alimentaire… Comme un rayon de lumière, j’ai poussé un gros ouf de soulagement.

Donc voilà, je la remercie pour les conseils et forcément quand je rentre chez moi, Google est mon ami. Je fais mes recherches, et je découvre que le bicarbonate de soude alimentaire peut être utilisé pour ce que l’on veut car il est naturel et non toxique. Je me dis « bon bah faut que j’essaye ». Et je dois dire que c’est très efficace, mes odeurs ont littéralement disparu. Je vous demande pas de me croire sur parole mais essayez. Pour information, les peintres s’en servent notamment pour couvrir les fortes odeurs des peintures. Mieux encore, ça peut totalement contenir les odeurs d’une litière ! Pour moi, c’est net et sans bavure, je le déclare comme étant le déodorant le plus efficace du monde. Reste maintenant à bien l’appliquer et voici mes conseils.

Comment appliquer le déodorant maison le plus efficace ?

Un des points que j’aime avec le bicarbonate de soude, c’est qu’on peut l’appliquer sur une peau sèche. On peut donc en mettre quand on veut et où on veut. Bref, on le saisit simplement à la main et on va le poser sur la ou les parties concernées puis masser doucement. Forcément, comme c’est des petits grains, il y en a qui vont se faire la malle et tomber. Placez-vous donc juste au-dessus de votre lavabo ou l’évier. Enfin, ce que vous voulez. Même la poubelle mais bon c’est pas non plus l’idéal. Bon revenons-en à nos moutons. On va donc masser jusqu’à ne plus apercevoir la petite couche blanche que ça laisse sur la peau.

Comme c’est blanc et pas vraiment tâchant, si vous portez des vêtements claires, vous pouvez l’appliquer quand bon vous semble. Si vos habits sont foncés, habillez-vous auparavant. La méthode est la même. On en prend et on ferme le poing jusqu’à atteindre l’aisselle puis on dépose et masse. Comme il sera difficile de voir s’il reste des traces, on balaye un petit peu pour retirer le surplus. Pas la peine de masser pendant 5 minutes !

Si votre souci concerne plutôt les auréoles que les odeurs, le bicarbonate de soude n’est pas fait pour vous. Orientez-vous donc vers les patchs que j’ai cité un peu plus haut. Aussi, comme on ne réagit pas toutes de la même façon, si le bicarbonate vous provoque bien trop d’irritations, arrêtez de l’utiliser. Le cas échéant, je n’ai malheureusement pas vraiment d’alternative à vous proposer si ce n’est de revoir votre alimentation. Ce qu’on ingère influe grandement sur les odeurs que l’on dégage.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here